Workshops

Portraits réalisés par des élèves de 2ème secondaire dans le cadre du cours de Techniques d’expression à l’Institut de la Sainte-Famille d’Helmet à Schaerbeek.

Publicités

L’école des quatre saisons

Réalisé avec des classes de 2ème primaire et de 2ème maternelle, ce mur a été inauguré à l’occasion de la fête de l’école des quatre saisons, à Saint-Gilles, en mai 2015. Orlando Kintero et Samuel Idmtal ont fonctionné en trois étapes. Dans un premier temps, les bases de la fresque ont été posées par les artistes. Différents ateliers ont ensuite permis un réel échange directement sur le mur entre les deux artistes et les enfants de maternelle et de primaire. Enfin, les deux artistes ont pris le temps de peaufiner la fresque.

Vernissage de l’expo « Des mots sur un visage »

Exposition présentée au Centre culturel Jacques Franck du 14 mars au 19 avril 2015 dans le cadre de « Saint-Gilles, ville des mots ». Crédit photo : Violette Leblond, Soulimen T’au, Fabienne Cressens, Thierry Van Campenhout et DR
Samuel Idmtal illustre des personnages avec leurs mots. Des paroles de chansons, des bouts d’interviews, des punchlines, des figures de style qui ensemble forment des visages et nous renvoient à l’émotion du texte. Orlando Kintero s’attaque à la forme de l’écriture comme expression de la pensée des artistes. Le questionnement de la lettre, le signe, sera au coeur de sa réflexion, tant sur le contenu que sur la forme. Lorsque l’on prend un stylo ou un bic pour écrire, la main est notre seul instrument, Orlando à décider de faire la même chose sur les murs comme si nous n’avions pas encore découvert la règle et le compas.
Cette fresque réalisée en cinq jours à même les murs du Hall d’exposition s’inspire de textes de plusieurs artistes : celui d’une jeune slameuse encore méconnue (Luciole) face à un monstre sacré de la chanson française (Brel), celui d’un rappeur et comédien (Mochélan), d’une artiste totale (Camille), d’une conteuse hors norme (Souad Massi) et de l’un des auteurs les plus doués de sa génération (Veence Hanao). Faut bien qu’ils brillent de quelque chose, nos yeux…